Nuit Batzienne

La météo de ce début d’automne étant plutôt clémente, et (surtout) le ciel assez dégagé, j’ai décidé hier de me diriger vers la côte sauvage de la presqu’île guérandaise (ceux qui me connaissent un peu savent que c’est pour moi le plus bel endroit au monde !) pour tenter de photographier la Voie Lactée.

Le lieu étant relativement loin des lumières urbaines, mes chances de tirer quelques photos correctes n’étaient pas trop mauvaises, mais l’hémisphère nord est assez mal servi ...

Lire l’article →
1

Presqu’île

[ English version below ]

Ceux qui me connaissent ou qui suivent mon blog ont dû comprendre depuis quelque temps que, mon endroit préféré au monde, c’est la Presqu’île guérandaise.
Du Pouliguen à Mesquer, en passant -évidemment- par Batz-sur-mer et le Croisic, entre plages rocheuses, marais salants, vieilles maisons de granit et bateaux de pêche, on en prend plein les yeux et plein le nez.

Que ce soit en plein été ou en plein hiver, en plein soleil ou sous un ciel ...

Lire l’article →
0

Bonne année 2015 !

(English version below)

Eh oui, déjà 2015, le temps passe vite !

C’est donc le moment de vous présenter mes voeux de bonheur et de réussite et de vous souhaiter que cette nouvelle année vous apporte le meilleur et tout ce qui fait du bien aux yeux, à la tête et au coeur.

Pour bien commencer, vous pourrez retrouver quelques photos prises hier lors d’une promenade nocture (et très fraîche) sur la côte sauvage de Batz-sur-mer (voir le lien plus bas).

A très bientôt ...

Lire l’article →
0

Promenade sur la côte

Une éclaircie dans la météo automnale m’a incité à aller me promener sur la côte sauvage près de Batz-sur-mer, où je n’avais pas traîné mes semelles depuis trop longtemps.

Malgré le vent et le froid (il faut apprendre à se couvrir, par ici !) j’ai pu m’amuser à prendre quelques clichés d’un superbe ciel et d’une côte non moins superbe.

Je vous invite à aller en voir un petit extrait en cliquant sur l’image en haut de cet article.

 

Tourments

Une photo de rochers de la côte sauvage, de MA côte sauvage, celle que je connais depuis mon enfance, où j’ai passé des journées entières à « vider la mer » avec mon petit seau, à compter les vagues ou à regarder le soleil disparaître derrière l’horizon.

Donc quelques vagues et quelques rochers, tellements caractéristiques de ce petit coin de paradis qu’est la presqu’île guérandaise et où je vous recommande fortement d’aller reprirer l’air océanique pour vous décrasser les poumons !